Le bitcoin, un schéma de Ponzi ?

Encore un titre bien racoleur pour un article qui croit expliquer mais ne comprend pas !

Je suis tombé sur cet article : http://www.ames-strasbourg.fr/le-bitcoin-un-schema-de-ponzi-synthese/ qui essaye de faire un lien entre le schéma de Ponzi et le bitcoin et par la même occasion porter une petit estocade aux cryptomonnaies…

Déjà pour commencer qu’est-ce qu’un schéma de Ponzi ?
Selon Wikipédia :

Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_Ponzi

Il faut donc toujours de nouveaux entrants qui apportent des fonds pour rémunérer les anciens adhérents pour que le système fonctionne…

Dans l’article de l’AMES le lien entre le schéma de Ponzy et le bitcoin est déduit uniquement du fait que le bitcoins n’est régulé par aucune autorité. Or c’est justement tout l’attrait du bitcoin de ne dépende d’aucune autorité d’être uniquement une monnaie de pair à pair. Si toutes les valorisations qui ne dépendaient d’aucune autorité étaient considérées comme des schémas de Ponzi je pense que l’économie actuelle aurait du souci à se faire.

Il est reproché au bitcoin d’être volatile à tel point qu’il est impossible d’attribuer des prix fixes à des biens.
Le bitcoin est actuellement une monnaie extrêmement volatile, mais il faut rappeler qu’elle a été créée depuis moins de 10 ans (2009), sa principale utilisation actuelle est sur des places de marché pour des échanges entre bitcoin et dollar ou autres cryptomonaies. Ce qui explique sa volatilité. De plus la capitalisation du marché n’est toujours pas suffisante pour permettre une stabilité de la monnaie par rapport à de gros investisseurs. Aujourd’hui 46 Milliard de $ pour le bitcoin alors qu’à titre de comparaison une entreprise comme Apple est capitalisé à plus de 800 milliards de $…

Le deuxième reproche au bitcoin est la possibilité d’en créer et de le revendre. Ils oublient préciser que c’est le principe même de la monnaie lorsqu’elle a été créé. Tout le monde en contrepartie de sa puissance de calcul peut créer de la monnaie et c’est ce qui fait aussi la sécurité du blockchain, que tout le monde puisse participer à sa construction et signer des transactions. De fait la création n’est pas « gratuite » elle vit en contrepartie de sa puissance de calcul.

Ensuite l’article revient sur le fonctionnement du schéma de Ponzi tout en continuant à tenter de discréditer le bitcoin.

Avec le bitcoin, rien de tout ça : les individus font librement leurs choix, et personne ne les trompe, si ce n’est eux-mêmes.

Je trouve dommage que des « Master en économie » ne soient pas plus éduqués aux bitcoins et au fonctionnement des cryptomonnaies. À mon avis et d’après ce qui ressort de cet article, le principal problème posé par les cryptomonnaies est leur manque de régulation. En effet ne dépendant d’aucune banque centrale ou nationale les cryptomonnaies ne répondent à aucun schéma économique classique et donc effraient certains intervenants qui préfèrent donc discréditer plutôt que d’étudier. Néanmoins la volatilité de la monnaie ne dépend pas à mon avis du fait que le marché soit ou non régulé par une autorité supérieure.

La stabilité sera acquise à partir du moment où la capitalisation du marché bitcoin sera suffisante ce qui peut prendre encore quelques années. En effet aujourd’hui avec une capitalisation à moins de 50 milliards de dollars de bitcoins peut facilement être utilisé par des investisseurs pour manipuler des bourses d’échange et faire monter artificiellement sa valeur. Si le Bitcoin veut se placer au niveau des monnaies nationales faudrait que sa capitalisation soit multipliée au moins par 100.

En attendant nous vous laissez pas berner par des articles à charge contre le Bitcoin . Mais sachez tout de même que cette monnaie n’en est qu’à ses balbutiements et que donc tout placement reste relativement risqué.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *